Migrer à l'ère du numérique :
Les réseaux sociaux comme outils d’insertions et observatoires des précarités

Pour faciliter leur insertion dans un pays de destination, les personnes migrantes mobilisent les membres de leur famille, leurs ami·e·s, voire des membres de leur communauté ethnique et/ou ayant la même nationalité. Ces interactions sociales forment des réseaux, qui grâce à la massification d’Internet, se déploient désormais en ligne. Par leur intermédiaire, les personnes migrantes peuvent rencontrer un nombre toujours plus large et diversifié d’acteurs de la migration. Ce que nous nommons les réseaux sociaux numériques mettent en contact les individus à travers une plateforme digitale, telle que Facebook ou Whatsapp. Ces technologies facilitent l’accès des individus à certaines ressources dans l’espace de destination (pour accéder au logement ou à l’emploi), et influencent donc leurs expériences migratoires. L’analyse des réseaux sociaux numériques permet de porter un autre regard sur les interactions entre les personnes migrantes, et sur leurs conditions de vie à destination. Pour les étudier, nous avons analysé entre 2016 et 2017 les messages échangés sur deux groupes de personnes migrantes d’origine latino-américaine à Londres, la majorité ayant émigré depuis l’Espagne et bénéficiant de leur citoyenneté européenne pour s’y installer avant la mise en place du Brexit.

Type de projet

Recherche et développement de NARRAU

Date de réalisation :

2020. Projet basé sur la thèse de géographie d'I. Lacrampe-Camus (2020)

Valorisation :

06/10/2020. Communication à l'atelier « La investigación con etnografías digitales: desafíos, estrategias y posibilidades » du LMI MESO.